Marika RIZZI

Marika est née à Milan. Formée d’abord à la danse classique, elle suivra par la suite l’enseignement de Robert José Pomper (Batsheva Danse Compagnie) en danse moderne. En 1991 elle passe du temps à New York ou elle se familiarise à la technique de Martha Graham ainsi que à celle de Horton et fréquente les ateliers chorégraphiques de la compagnie Paul Taylor.
Résidant à Paris depuis 1992, elle approfondie la technique contemporaine et s’oriente vers les pratiques de composition instantanée et de contact improvisation. Dans son parcours de recherche elle rencontre l’enseignement de Kirstie Simson avec qui elle performe régulièrement, Steve Paxton à l’occasion de la fabrication du DVD «Material for the Spine», Nancy Starck Smith, Lisa Nelson dans son travail avec la vidéo, Simone Forti, Mike Vargas, Julyen Hamilton, Andrew Morrish, Olivier Besson, Vera Orlock (BMC).
Membre de la cie Felix Ruckert – Berlin- entre 1995 et 2005, elle participe aux créations et aux tournées de: «Hautnah» – solo pour un seul spectateur: Berlin ’95, Bruxelles ’96, Montréal ’99 – «Krapplack» ’98, «Projet Chorégraphique» ’99, «Ring» ’99, «Deluxe Joy Pilote» 2000; «Secret Service» 2001.
En France, elle a travaillé aussi avec Blanca Li, Martine Harmel, Ami Garmon, Alexandre Perigot, Haim Adri, cie Tazcorp. Dans des projets de théâtre avec Arnold Pasquier «C’est merveilleux» et avec Clyde Chabot «Hamlet machine».
Elle participe aux courts métrages : «C’est Merveilleux» 2000 et «Il faut aimer son prochain, les autres sont trop loin» 2006, «Si c’st une île c’est la Sicile» d’Arnold Pasquier, «Seafood» 2004 de Frank Richard.
En 2007/08 elle rejoint la cie Odile Duboc (CCN Franche Comté – Belfort) dans les tournées de «Rien ne laisse présager de l’état de l’eau».
En Juillet 2006 elle est invitée par Kirstie Simson à participer à une rencontre réunissant des danseurs impliqués dans l’improvisation et dans la danse contact dans le but de questionner cette forme de représentation et la place qu’elle occupe aujourd’hui (ou pas) dans l’univers du spectacle vivant. Cette rencontre, a été filmée et a fait l’objet d’un film sur l’improvisation et le contact.
En Juin 2010 et Novembre 2011 elle est invitée par Simon Ellis à intervenir à l’université Roehampton de Londres. Ensemble ils créent le duo «Desire Lines» sélectionné à Londres à The Place Prize.
En 2011 elle rencontre Deborah Hay qui l’invite à participer au projet de transmission de solo SPCP .
Elle rejoint KiloHertZ pour FINAL, Mythos-logique en 2014, puis pour MORITURI ou les Oies Sauvages en 2016-2017.
De 2004 à 2008 elle co-organise la mise en place du projet de l’«Underscore», pratique de danse contact de Nancy Starck Smith, soutenu par le C.N.D. de Pantin.
En 2003 elle co-fonde le collectif NAPOLI 11 au sein du quel elle intervient avec des projets personnels, artistiques et pédagogiques dans la ville de Naples pendant quelques années.
Elle enseigne régulièrement à Paris (CND, Canaldanse, Ménagerie de Verre, Micadanses) et en Europe. Depuis quelques années elle enseigne en binôme avec Martha Rodezno questionnant les croisements entre le Contact Improvisation et les Mouvement Sensoriel, pratique somatique.
Elle intervient dans le milieu scolaire notamment dans le programme pédagogique des Rencontres Choregraphiques Internationales de Seine-Sait-Denis. Depuis 2011 elle travaille avec des jeunes porteurs d’handicap mental.
Praticienne de Shiatsu – technique énergétique Japonaise – elle en intègre des principes dans son enseignement en relation au mouvement.
Depuis 2005 elle crée et présente des projets personnels :
«Objet d» 2005 Berlin, Naples, Kanijza, Serbia «3Avril58» 2006 Paris «Workaholic, dedicated to be» 2008 Paris (en collaboration avec d’autres interprètes, un projet d’installation de corps en relation avec la méditation) «Les Pas d’Avant» 2009 Paris «Soli d’air» 2010 Paris «J’ai trouvé la verticale par mes sinus» Elodie 2011 Londres
Elle a travaillé sur l’adaptation du solo «Dynamic», chorégraphie Deborah Hay qu’elle présente à Strasbourg en Avril 2013 à l’intérieur du festival Hautes Tendances et en Mars 2013 au Centre d’Art de Paillard.
En Mars 2013 elle est invitée par le Département d’Ingénierie Mécanique de l’Université de Urbana- Illinois pour développer un projet de recherche au croisement de la science et de la danse, en collaboration avec Kirstie Simson et Simon Ellis de l’Université de Roehampton, Londres.
Elle suit actuellement une formation D.U. à Paris 8 «Techniques du corps et monde du soin», sous la direction d’Isabelle Ginot.
Elle collabore actuellement avec Laurent Goldring sur le projet «Cesser d’être un», dispositif chorégraphique qui sera présenté à la Ménagerie de Verre a l’occasion de l’anniversaire des trente ans du lieu. «Cesser d’être un» est soutenu par la DRAC IDF et sera présenté également à la prochaine édition du festival transfrontalier NeXt à l’Espace
Pasolini,V alenciennes.